Haut
Le Train du Désert de Choum à Zouérate ⋆ Point Afrique Voyages
fade
5060
post-template-default,single,single-post,postid-5060,single-format-quote,cookies-not-set,mkd-core-1.2.1,mkdf-social-login-1.3,mkdf-tours-1.4.1,voyage-ver-1.8.1,mkdf-smooth-page-transitions,mkdf-ajax,mkdf-grid-1300,mkdf-blog-installed,mkdf-breadcrumbs-area-enabled,mkdf-header-standard,mkdf-fixed-on-scroll,mkdf-default-mobile-header,mkdf-sticky-up-mobile-header,mkdf-dropdown-default,mkdf-medium-title-text,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive,"> <!-- Google Tag Manager (noscript) --><br style="display:none;
Point Afrique Voyages / Mauritanie  / Le Train du Désert de Choum à Zouérate

La semaine est déjà écoulée, l’avion décolle me laissant un goût d’inachevé

Le Train du Désert de Choum à Zouérate

De Choum à Zouerate, le Train du Désert s’étire du Sud au Nord, jusqu’aux mines de fer de Zouérate, ville minière créée ex-nihilo dès la fin des années 50. Remis en fonction dès octobre 2018 grâce à Point-Afrique Voyages, le Train du Désert circule de nouveau toutes les semaines, au départ de la gare de Choum.

Cette expérience de voyage insolite du Train du désert a été relatée dans le blog de notre romancière, amie et voisine ardéchoise, Nicole Faucon Pellet. En pleine préparation de son prochain roman, inspiré de ses expériences mauritaniennes, Nicole jongle avec les mots pour notre plus grand plaisir et met en exergue ses aventures à bord du Train du Désert mais aussi ses rencontres sahariennes. Les préludes de son prochain roman se dessinent doucement dans ces quelques lignes déposées sur son blog.

 

Train du Désert en Mauritanie de Choum à Zouérate - Image de Nicole Pellet.

 » D’abord une nuit sous le tikite à Azougui. Puis le train du désert, flèche bleue qui fend l’immensité de sable depuis Choum et son totem Ben Amira, monolithe géant divorcé de son ex, Aïcha, qui s’est vu honorée par des sculpteurs du monde entier.  Le Train du Désert foule le rail jusqu’à Zouérate dont le ventre ouvert regorge de minerai de fer ; là, un chantier pharaonique broie et digère la terre qui s’en va dans un sinueux cortège de wagons jusqu’à Nouadibou. Passage à Atar puis direction Chinguetti et ses bibliothèques, ses palmiers et ses dunes à l’infini. La semaine est déjà écoulée, l’avion décolle me laissant un goût d’inachevé. « 

Extrait du blog de Nicole Faucon Pellet

 

DÉCOUVRIR LE TRAIN DU DÉSERT